Regards-croisés et photos : Grégoire Vissého (27/08)

Samedi 27 août, spectacle de rue, Grégoire Vissého

Cet après midi les Scènes déménagent dans un « Cirque africain », poésie, humour, rythmes entraînants… les animaux de la savane et les habitants des villages nous ont fait voyager ! Une girafe qui fait la danse du ventre, un magicien dans une telle transe qu’il en perd la tête…. et voici Pauline, marionnette grandeur nature, conçue sous nos yeux dubitatifs, qui se lève et invite les spectateurs à une danse collée-collée.
Merci Grégoire Vissého pour ce merveilleux moment !



Publicités

Regards croisés : le Groin dans les étoiles

Le Groin dans les étoiles, mercredi 24 août,
17h30, place Aristide Briand

Trois spectatrices nous donnent leur avis…

Michèle et Solange, la cruche et la femmeluche !

J’ai apprécié les nombreux degrés de lecture possibles, chacun peut s’y retrouver, petits et grands ! Il y a des moments inégaux, certains un peu longs, mais c’est surtout une grande partie de fous rires. Des répliques qui font mouche, « le ventre d’une femmeluche, passé 30 ans, ça bouloche ! »

Claire, de Morlaix

Le Groin dans les étoiles, en inauguration, c’est culotté !

Je suis fan ! Alors je ne serai peut-être pas très objective ! J’ai ri, beaucoup ri ! J’adore ces deux femmes qui ne supportent pas les enfants, qui se moquent du politiquement correct ! Elles n’ont pas peur et bousculent le public ! J’ai eu l’impression d’ailleurs que celui-ci  a été surpris, décontenancé. Il semblait intimidé, comme un enfant, face à ces deux mégères !

Hélène, Fougères

C’est un spectacle plein d’humour et rempli d’ironie. Les deux femmes sans complexes et derrière un air courtois et bien aimable osent se moquer des petits comme des grands. Des évènements de tout sorte interviennent à chaque instant, elles nous font rire, leur chorégraphie touche le ridicule, Michèle s’indigne qu’il n’y ait pas de lampadaire dans les forêts, Solange prône la non violence à des papillons… Bref les gags s’enchaînent et on ne s’en lasse pas, l’autodérision est maître et ça fait du bien. Le groin dans les étoiles nous entraîne dans un monde absurde et pointe du doigt nos propres contradictions. Le festival Les scènes déménagent commence fort, vivement la suite !

Marie, Fougères